• POSTÉ LE :
  • 1 RÉACTIONS

Quand une mosquée devient un centre de désintoxication

Mots clés : > >

Lecture coran à la mosquée de Melun

C’est l’expérience originale lancée par la mosquée Ar-Rahman à Kuala Lumpur en Malaisie, sous l’impulsion de plusieurs médecins. Tous ensemble, ils ont décidé de réagir face à ce fléau qu’est l’addiction à l’héroïne, en remplaçant cette drogue par de la méthadone.

L’OMS qualifie ce programme comme étant le “premier programme de méthadone à fonctionner dans une mosquée”.

Au début opposées à ce projet, les autorités religieuses ont finalement accepté suite à la confirmation par les médecins que la méthadone n’est pas une drogue comme les autres puiqu’elle n’entraîne pas un état d’euphorie chez les personnes.

Lancé en 2010, le programme concerne aujourd’hui 50 patients âgés de 18 à 60 ans.

Le principe est le suivant : la personne vient à la mosquée, et après consultation chez le médecin, elle reçoit sa dose de méthadone par un pharmacien.

Malgrè l’opposition de certains fidèles qui pensent que les toxicomanes n’ont rien à faire dans une mosquée et devraient se rendre à l’hôpital, le programme est un succès puiqu’il a servi à changer la vie de plusieurs personnes qui étaient addictes depuis plusieurs années à l’héroïne.

“Beaucoup d’entre eux ont recouvré la santé, ils ont déjà un emploi stable, certains d’entre eux se sont mariés et ont une nouvelle famille. Cette organisation fait du bon travail” commente le docteur Rusdi Abdul Rashid, coordinateur en chef du Centre des sciences de l’addiction de l’Université de Malaisie, en charge du programme à Ar-Rahman.

Les médecins espèrent que deux autres mosquées de Kuala Lumpur vont rejoindre le programme dans les prochains mois.

Merci à Oum Imene

Vos réactions 1réaction(s)

  • 1

    Notice: Only variables should be assigned by reference in /homepages/6/d273408500/htdocs/wp-content/plugins/subscribe-to-comments/subscribe-to-comments.php on line 590
    cheriti 15 mai 2012

    certes les toxicos doivent se soigner dans les hopitaux mais derriére la mosquée dans une annexe avec des medécins musulmans compétent il faut impérativement soigner ces malades qui ont touchés au mauvais
    destin.c’est une bonne initiative à tester….

Réagir à cet article