• POSTÉ LE :
  • 0 RÉACTIONS

Chronique d’un imam – l’Union des musulmans

L’islâm est basé sur l’adoration du Seul dieu Qui le mérite, Allâh en dehors duquel il n’y aucun être digne d’adoration. C’est cette base d’ailleurs qu’Il appelle à l’unité de la communauté musulmane dans Son Livre : « Votre dieu est un dieu unique ; point de divinité digne d’adoration. Adorez-Le donc ! »  et « Votre dieu est un dieu unique ; point de divinité digne d’adoration. Craignez-Le donc ! ». C’est dire que l’unicité de la divinité, appelant à l’union des Croyants parmi les Musulmans, est le socle de l’Islâm et un souci permanent des fidèles qui s’en réclament.  Conscients de cette réalité, de nombreux intellectuels ont tenté de créer des structures fédératives dès le milieu des années 60s en Europe, en France en particulier. Celles-ci n’ont pas résisté aux tentatives de récupération des groupes politisés du monde musulman et de leurs représentants locaux.

Incapables de parler de la même voix, et fasse aux bouleversements dans le monde et la montée de l’insécurité, l’état français tentera, à partir du milieu des années 80s, d’imposer aux Musulmans de France une organisation et des représentants, sur la base d’un équilibrisme, entre diplomatie pour ne fâcher aucun des pays « alliés » et placer des agents « sûrs » qui garantiraient une image de « modération ». Les gouvernements successifs tenteront depuis de contrôler l’exercice du culte musulman, à défaut de pouvoir l’organiser. Ce péché originel explique en partie les échecs successifs dans cette tentative, l’équilibre entre états étrangers et leurs représentants restant difficile à trouver.

Les « Assises de l’Islam », dernière-née et nouvelle tentative « d’aider les musulmans de France à s’organiser » ne fait pas exception à la règle. Y ont été invitées des personnalités extérieures pour penser à la place des musulmans « immatures », à moins que ce soit sur des intellectuels se définissant comme de « culture mais non de confession musulmane ». Ces derniers auraient donc compris « l’essence de l’islam » et les transmettraient à leurs « frères/sœurs » d’origine afin qu’ils s’intègrent mieux dans la République.

L’intérêt des Musulmans de France n’a jamais semblé avoir été le souci des gouvernants et gestionnaires des structures qui n’oseront même pas protester contre les propos et mesures les plus décriés des Musulmans du pouvoir. Heureusement que des hommes et des femmes, croyants et peu cultivés généralement, se sont unis en se cotisant et s’entraidant pour louer puis construire des locaux destinés à la célébration des prières. Ils n’ont fort heureusement pas attendu l’aide nécessairement conditionné d’états souhaitant contrôlés leurs concitoyens et leurs progénitures.

Dans ce contexte, et quoi qu’on puisse en dire, on ne peut que saluer l’initiative de « Consultation des Musulmans » sur les sujets qui les concerne au premier chef. Pour une fois, les musulmans de France sont reconnus en tant qu’êtres à part entière, donc doués de raison et d’intellect et capables de savoir ce qu’ils veulent. C’est tout simplement « du jamais vu ». Au-delà de l’aspect historique et l’impact psychologique, cela traduit au moins la volonté de Musulmans d’exister et d’agir. On saura enfin ce que les Musulmans de France veulent et souhaitent, en lieu et place des nombreux sondages nécessairement orientés, pour le moins.

Au-delà du symbole et de « l’état des lieux », on est en droit d’attendre de la « Consultation des Musulmans » des propositions concrètes et constructives qui, sur le court et moyen termes, améliorant la situation des musulmans de France. Parce que partant de la base et sans a priori, les données seront plus fiables, donc plus utiles, pour repenser et reformer. Les nombreux talents de la Communauté devront être exploités et mis en valeur au service de la société toute entière. L’expérience nous rappelle les écueils à éviter : la dépendance vis-à-vis des états et partis, l’intérêt personnel, la compromission. Les atouts sont nombreux : l’amour d’Allâh, Son assistance ainsi que la réussite assurée aux acteurs qui l’ont en vue, ainsi que l’énorme richesse de la Communauté en talents, entre autres.

Qu’Allâh nous associe à ce qu’Il aime et agrée et nous en facilite la réalisation !

Imam Mamadou DAFFE
Mosquée Mirail Toulouse

Réagir à cet article