Mosquée de Libourne

Gironde > LIBOURNE

9, rue de L'Hermitage - 33500 LIBOURNE

http://www.mosqueedelibourne.com

+40
Cette fiche a été mise à jour le : le 21/08/2012 à 18:35

La mosquée en images

1481_mosquee-libourne-1.jpg
1481_mosquee-libourne-5.jpg

Capacité de la mosquée

500 places

Salles de prière

HOMMES

1

FEMMES

1

Salles d'ablutions

HOMMES

1

FEMMES

1

Surface

1000 m²

Les habitudes de la mosquées

  • Prière Jumou'a (Vendredi)

    oui OUI pas d'information NON
  • Prêche en français

    oui OUI pas d'information NON
  • Espace pour les femmes

    oui OUI pas d'information NON
  • Minaret

    oui OUI pas d'information NON

Les activités de la mosquées

  • Cours d'Islam

    oui OUI pas d'information NON
  • Cours d'Arabe

    oui OUI pas d'information NON
  • Toilette mortuaire

    pas d'information OUI pas d'information NON
  • Ikram

    oui OUI pas d'information NON
  • Prière du mort (Janaza)

    pas d'information OUI pas d'information NON
  • Date de layla Al Qadr

    pas d'information OUI non NON
  • Tarawih

    oui OUI pas d'information NON
  • Repas du Ramadan

    oui OUI pas d'information NON

Association

Culturel

: pas d'information OUI non NON

: pas d'information OUI non NON

  • 1
    Alternative démocratique au sein de l'associatif 24 septembre 2011

    Salam, nous voudrions attirer votre attention quant à la juste cause que nous défendons
    LETTRE OUVERTE A NOS AMIS DEMOCRATES

    « Ces vérités qu’ils veulent taire….. »

    Cette incroyable histoire commence avec la création le 9 février 1981 de « L’Association Des Musulmans de la Gironde » dont la vocation principale est de proposer un cadre adapté à l’exercice du culte musulman.
    Nul doute que les pères fondateurs fussent animés par une noble intention. Aussi nobles soient-elles, les intentions ne peuvent à elles seules suffire à financer les activités spirituelles proposées aux fidèles. L’appel aux dons était indispensable pour continuer à exister.
    Comme prévu, la générosité des musulmans ne faillira pas. Les dons affluent de toute part, ils sont importants et la convoitise aussi ! Progressivement, l’opacité s’installe avec son cortège d’irrégularités.

    Aussi, depuis de nombreuses années, L’AMG ne connaîtra jusqu’au mandat de Jawad Rhaouti en 2005, qu’un seul et unique mode de gestion : celui de « la tradition de l’opacité » pratiquée par une oligarchie ultra minoritaire aux méthodes contestables et de plus en plus contestées par la majorité des musulmans.
    Cette présidence s’inscrira dans une volonté de rupture avec les pratiques de ses prédécesseurs. La transparence dans la gestion financière, l’assainissement des comptes, et surtout la volonté d’ouverture de l’association à tous les adhérents qu’il adoptera avec l’appui de son équipe, vont provoquer des points de divergences et de confrontation avec les administrateurs qui ne cesseront pas jusqu’à la fin de son mandat.
    Les élections du 27 novembre 2010 censées renouveler le Conseil d’administration, favoriseront l’émergence d’une alternative démocratique. Face au règne de la « dictature », cette nouvelle majorité, représentera pour beaucoup, l’espoir d’écarter définitivement ceux qui se comportent comme si l’AMG était une propriété privée au service de leurs ambitions à peine dissimulées.
    Malgré le respect du processus démocratique, les partisans « du règne sans partage », vont à leur tour procéder à un simulacre d’élection du Conseil d’Administration le 3 janvier 2011, en proposant une liste entachée d’irrégularités notoirement connues.
    De cette liste seront exclus de nombreux cotisants qui depuis des années se voient refuser le droit de participer à la vie de l’association. Réduits à de simples bailleurs de fonds, ils se trouvent exclus et marginalisés par un système profondément anti-démocratique.
    Bien que pathétique, la suite prête fortement à sourire. Ce même jour, sous la bienveillance et l’extrême complaisance des autorités religieuses, on y condamnera sans être préalablement entendus, Le Président de L’AMG en personne, ainsi que d’autres membres du Bureau Exécutif, au motif fallacieux d’atteinte à l’éthique musulmane (Document 1)
    Sans aucun état d’âme, on incrimine puis l’on condamne de manière tout à fait discrétionnaire.

    Comment comprendre que malgré l’indignation quasi unanime des musulmans, Notre Grand Imam ait pu prendre fait et cause pour ceux qui confondent ambitions personnelles et intérêt général. D’ailleurs, la mission principale du garant de l’autorité morale et religieuse, n’est –elle pas d’adopter une position de neutralité en tentant de concilier les parties en présence.

    Durant ce mois du Ramadan, l’épisode humiliant destiné à intimider et à faire taire des personnes âgées de la mosquée de Cenon, restera à jamais gravé dans les mémoires. Comment expliquer que l’imam de Cenon et le délégué local de l’UOIF aient pu déposer une plainte diffamatoire à l’égard de trois fidèles. Plus grave encore, pendant le jour sacré de l’Aïd, ce même délégué local de L’UOIF, sans aucun scrupule viendra signifier à 1500 fidèles en présence d’un huissier l’interdiction formelle de prier dans l’enceinte de la mosquée. (Document n° 2)

    Les autres services proposés par l’AMG dans le cadre de l’exercice du culte n’échappent pas non plus à la logique de l’opacité érigée en loi.
    De manière habituelle, et depuis de nombreuses années, la charge du pèlerinage à la Mecque est dévolue d’office à l’un des Imams de Cenon. Hormis l’organisation catastrophique ponctuée d’atteintes graves, quasi permanentes aux règles sanitaires et aux règles de sécurité les plus élémentaires, maintes fois dénoncées et confirmées par des témoignages accablants, la gestion financière inquiète et interpelle davantage

    Générant un chiffre d’affaire approximatif annuel de 800 000 euros, cette activité échappe à tout contrôle. Une opacité semble t-il fort bien assumée et entretenue par le principal concerné, qui malgré les rappels à l’ordre, n’a jamais jugé opportun de justifier de sa comptabilité. Nul intérêt ici d’argumenter sur la gestion des pompes funèbres obéissant aux mêmes règles.

    L’exemple le plus marquant restera sans doute « le tragique épisode » de l’expropriation des lieux de cultes de Bordeaux et Cenon, avec la complicité évidente des représentants locaux de l’Union des Organisations Islamiques de France et le soutien sans faille des autorités religieuses agissant en dehors de tout cadre éthique.
    Cet événement provoquera un séisme sans précédent au sein d’une communauté qui s’est sentie trahie par ses responsables. Et pour cause, elle a été dépossédée de manière scandaleuse par une minorité dont le seul but est de défendre ses intérêts personnels.

    Désormais, les musulmans se demandent comment l’UOIF peut-elle revendiquer la propriété des lieux de culte financés par les deniers des fidèles? Il faut remonter à 1988 pour découvrir la supercherie. Le Président de l’époque en charge de l’AMG, va utiliser l’argent récolté auprès des fidèles, pour acheter sans leur avis !!! Le terrain prévu pour la construction de la mosquée de Cenon, au nom de l’UOIF ! Rien que ça ! (document 3)

    A partir des années 90, l’AMG noyautée par les membres de l’UOIF, embauchera sans la moindre concertation et sans aucun cahier de charge des imams également membres de l’UOIF, au frais des fidèles des mosquées de Bordeaux et Cenon.

    En dernier recours et après plusieurs tentatives de conciliations avortées, la justice sera saisie afin de trancher le contentieux opposant les parties au conflit.

    Contre toutes attentes et à la surprise générale, le 12 février 2011 le Tribunal de Grande Instance de Bordeaux écartant les revendications pourtant légitimes d’une grande majorité des musulmans, prononcera une décision des plus surprenantes. A travers leur collectif, les fidèles ont fait appel de cette décision. Au regard des preuves qui lui ont été fournies, le juge d’appel tranchera le conflit en cours le 31octobre prochain.

    Loin d’être un cas isolé, cet épisode « pathétique » de l’histoire de L’AMG, pose la nécessaire et indispensable réforme de la gestion administrative et financière au sein des associations cultuelles musulmanes

    Ainsi, les dirigeants associatifs doivent prendre leurs responsabilités, en créant un organe de contrôle financier, assurant une parfaite transparence dans la gestion des deniers du culte.
    De plus et conformément à l’éthique musulmane, les fidèles doivent être associés à la prise de décision dans le cadre de projets qui engagent l’avenir de leur communauté.

    L’heure est au bilan et la sentence est sans appel ; dénonçant avec force et détermination, « la culture de l’opacité », les musulmans souhaitent que ceux qui « se servent au lieu de servir la communauté musulmane soient définitivement écartés. Trop longtemps ignorés et méprisés, les musulmans en appellent à un changement radical
    Désormais, les organes qui seront démocratiquement élus par les fidèles devront impérativement se limiter à l’exécution de la volonté générale.

    COLLECTIF POUR UNE ALTERNATIVE DEMOCRATIQUE AU SEIN DE l’ASSOCIATIF MUSULMAN

    PS : En raison de leur caractère nominatif, les preuves produites ne pourront être consultées que sur demande. Contactez-nous par mail :

    33collectifbordelais@gmail.com

Laisser un commentaire

Itinéraire

De

A

:

:

Cette fiche a été mise à jour le : 21/08/2012